samedi
22 septembre 2018
20h15

Choeur de
la Cité de Lausanne

Stabat Mater de Scarlatti, de Nystedt,
et Jesu meine Freude de Bach

280 ans séparent le Stabat Mater de Scarlatti de celui de Nystedt. La polyphonie luxuriante du baroque italien (pour l’effectif très inhabituel de dix voix en plus du continuo) a-t-elle inspiré parmi les nombreux Stabat Mater de l’histoire celui de Knut Nystedt ? En tout cas le compositeur norvégien utilise un violoncelle seul pour accompagner et dialoguer avec les voix en référence probable au continuo baroque.
Et pour compléter ce concert qui fait la part belle à la voix humaine, le motet de Bach Jesu meine Freude, une musique de deuil, mais si confiante et si lumineuse.

C’est en 1973 que Le chœur de la Cité a pris la suite du Grand Chœur Universitaire de Lausanne grâce au dynamisme de Michel Corboz qui l’a dirigé jusqu’en 1979. Se succéderont au pupitre Véronique Carrot, Dominique Tille et depuis 2015 Renaud Bouvier qui a maintenant ses habitudes à Bonmont avec les Vocalistes Romands.

Direction: Renaud Bouvier

www.choeur-de-la-cite.ch